La période calédonienne : C’est une nouvelle remise en question avec l’installation en Nouvelle Calédonie à la découverte de l’Océanie.Tout est source d’inspiration et elle évolue vers une nouvelle technique et l’emploi de couleurs flamboyantes. Car c’est un nouveau choc culturel au contact des peuples océaniens Kanaks (grands sculpteurs sur bois de houp, comme on a pu le voir à l’exposition « Kanak, l’art est une parole » à Paris en 2013 et en 2014 à Nouméa), Wallisiens et Futuniens (tapas), Polynésiens et Mélanésiens, Maoris (tatouages et sculptures), Aborigènes peintres (peintures rupestres et contemporaines)… en découvrant leur histoire, leur mode de vie, leur pratique de la sculpture sur bois (totems, flèche faîtières…), os et pierre (pétroglyphes, tikis), le graphisme du tatouage. C'est de l'art singulier, insolite, contemporain mêlant acrylique, matière, marqueurs.

20 Apr

Victoria DENIM, peintre autodidacte

Publié par Victoria DENIM artiste plasticienne

 

 

La peinture est son écriture, le moyen d'exprimer ses rêves, ses cauchemars, de montrer sa vision du monde à partir des cultures, coutumes, légendes si différentes.C'est donc une peinture personnelle de la vie, en dehors des modes du moment. S'adaptant à son lieu de résidence , elle a utilisé les matières trouvées sur place. La couleur liée à la lumière lui est devenue primordiale. Le hasard joue aussi un rôle très important dans la composition et la création de ses œuvres, même si elle peut aller vers un figuratif qui sera alors déstructuré, revisité.

La période métropolitaine (1994 -2004)

Ses premières peintures sont des paysages, des peintures naïves, figuratives. Puis, arrivée à Montpellier, elle change de technique sous l’influence des peintres Mimouni et Ali Salem, et crée alors des peintures abstraites, de format plus grand, en utilisant les pigments ocres de Roussillon et des enduits variés (poudre de marbre, sable, bois flotté…), puis quelques monotypes d’inspiration africaine…

La période réunionnaise (2004-2010)

C’est la découverte du monde tropical. Elle abandonne la peinture à l’huile trop longue à sécher en milieu tropical au profit de l’acrylique et profite alors des diverses matières locales comme le sable corallien de Boucan-Canot, le bambou flotté avec lequel elle crée des sculptures, les galets sur lesquels elle peint des portraits, elle découvre à Madagascar les papiers antaimoro et y peint des masques africains. Son inspiration subit l’influence de ses voyages dans l’océan indien même si les références européennes sont encore présentes. La luminosité tropicale finit par changer ses couleurs qui deviennent de plus en plus vives.

La période calédonienne (2010-2015)

C’est un nouveau choc culturel avec la découverte des arts tribaux kanaks, océaniens, de paysages enchanteurs avec une luminosité toujours plus forte. Sa technique évolue avec la création de mini-reliefs sur la toile ou le contre-plaqué, l’utilisation des poscas et l’influence des couleurs flamboyantes rapportées d’Australie. Elle associe couleur et graphisme naïf pour décrire une certaine joie de vivre mais aussi la vie après la mort.

Le retour en métropole depuis 2015

Après une période de latence, de réadaptation, elle reprend la peinture avec les mêmes thèmes mêlant toujours Tropiques et Europe mais un drame familial la conduit à interrompre la peinture pendant plusieurs mois. Elle parvient enfin à utiliser l’art comme moyen thérapeutique mettant en scène ce qu’elle a vécu, donc une inspiration particulière.  En mars 2017, elle entame une nouvelle série à partir de toiles anciennes alternant abstraction et figuratif qu’elle revisite avec ces couleurs océaniennes qui apportent tant de lumière à sa peinture.

Son inspiration : paysages, portraits, scènes inspirées de mythes et légendes européennes, océaniennes

 

Site fait par P.B.

C'est la reprise des EXPOSITIONS (interrompues pendant 10 ans pour cause d'éloignement tropical)

2017

- Biz'Art festival à Han sur Lesse (Belgique) du 7 au 10 avril 2017

- Art-Graulhet du 12 au 23 juillet 2017

 

2016

- Galerie d'OC à Lespignan 34710, expo personnelle du 28 avril au 25 mai 2016

- Canaules Art Singulier, Salon de Baylenque à Canaules et Argentières 30 3 50, expo collective du 5 au 9 mai 2016

- Mai: "la cabane trempée" avec les copains

- Château de Barjac 30430 expo personnelle du 31 mai au 27 juin 2016

- Salon d'Art Brut Demin, "les 4 sous" Meysse 07400 les 13-14-15 août 2016

- Singul'air des montagnes , Chalet "le muguet" St-Georges (VD) SUISSE avec Dan Casado, Julia Sisi, Jean Jacques Royo, Tibili, Françoise Cassan et Layani-Delaroche les 19-20-21 août 2016

 

2015

- FSV Montpellier mai 2015

- Mai: "la cabane trempée" avec les copains les week-ends et jours fériés

- Art'Récup Lunel Vieil juin 2015

- Salon d'Art Brut Outsider Singulier au Château de Joviac les 14 , 15 et 16 août 2015

 

2014

- "la cabane trempée" les week-ends et jours fériés avec les copains montpelliérains mai 2014

- Courants d'Arts à Authon du Perche Pentecôte 2014

- La Couvertoirade, 9-10 août 2014

- Arts pluriels de la Cance 13-14 septembre 2014

Commenter cet article

À propos

La période calédonienne : C’est une nouvelle remise en question avec l’installation en Nouvelle Calédonie à la découverte de l’Océanie.Tout est source d’inspiration et elle évolue vers une nouvelle technique et l’emploi de couleurs flamboyantes. Car c’est un nouveau choc culturel au contact des peuples océaniens Kanaks (grands sculpteurs sur bois de houp, comme on a pu le voir à l’exposition « Kanak, l’art est une parole » à Paris en 2013 et en 2014 à Nouméa), Wallisiens et Futuniens (tapas), Polynésiens et Mélanésiens, Maoris (tatouages et sculptures), Aborigènes peintres (peintures rupestres et contemporaines)… en découvrant leur histoire, leur mode de vie, leur pratique de la sculpture sur bois (totems, flèche faîtières…), os et pierre (pétroglyphes, tikis), le graphisme du tatouage. C'est de l'art singulier, insolite, contemporain mêlant acrylique, matière, marqueurs.